La chapelle des Pénitents

 

Ce monument est le plus ancien de Mèze, bâti sur les vestiges d'un temple grec. On trouve des preuves de son existence dès le VIIIe siècle avant J.-C. mais les plus anciens murs existant sont les traces d'une église romane du XIIe siècle.
Elle fut rénovée par les Pénitents au XVIIe siècle et sa rénovation continue encore aujourd'hui. Elle accueille des expositions d'art régulièrement en période estivale.

L'église Saint-Hilaire

 

Bâtie au XVe siècle sous sa forme actuelle par Étienne de Cambrai, l'église Saint-Hilaire était à l'origine adossée aux remparts de la vieille ville, son clocher carré servant de tour de contrôle et de défense contre les envahisseurs. On peut y lire à l'entrée, au-dessus du bénitier, ce célèbre palindrome grec présent également dans la cathédrale Notre-Dame
ΝΙΨΟΝ ΑΝΟΜΗΜΑΤΑ ΜΗ ΜΟΝΑΝ ΟΨΙΝ qui signifie : Il faut laver ses péchés ainsi que sa figure. Les cloches de Saint-Hilaire rythment la vie de la ville et c'est du sommet de l'édifice que sont tirés, chaque matin et chaque soir, les coups de canon qui accompagnent la fête de la ville, à la fin du mois d'août. Deux magnifiques vasques des poteries d'Anduze ornent la porte principale.

Le musée-parc des dinosaures

(Source : www.musee-parc-dinosaures.com)

 

En mars 1996, après une prospection des affleurements des roches constituant la plaine de Mèze, datant de l'ère secondaire et plus précisément de la fin du crétacé (-65 millions d'années), Alain Cabot découvre un des plus important gisement d'oeufs de dinosaures constitué d'un très grand nombre de nids en place appartenant à  plusieurs espèces de dinosaures. Cette découverte permet de faire le lien entre les gisements Provençaux et Pyrénéens.
Au crétacé, l'Europe méridionale était un archipel se situant à une latitude beaucoup plus basse qu'actuellement. La région de Mèze était une gigantesque plaine tropicale parcourue par de grands fleuves où les troupeaux de dinosaures se rassemblaient pour pondre.
Cette plaine qui s'étend de Mèze à Montagnac, expose aujourd'hui ses couches géologiques parce qu'elles se sont redressées bien après leur formation à la faveur de la surrection des Pyrénées. Ces roches sont datées du campanien-maaestrichien (-72 MA à -65 MA) et du danomontien (-65 MA -53 MA) et ont fossilisées le passage du secondaire au tertiaire. C'est à dire la limite crétacé-tertiaire(KT), période de la disparition des dinosaures.
Ce gisement est l'un des plus important en Europe.
Les informations scientifiques données par ce site paléontologique sont d'un grand intérêt pour la reconstitution de la faune et des écosystèmes présents il y a -70 millions d'années.

La fête de la ville et les joutes languedociennes

 

Chaque année, durant la 3e semaine du mois d'août, est organisée la fête de la ville. C'est l'occasion pour toutes et tous de mettre en avant les traditions mézoises, tant sur le plan musical, avec les bandas et harmonies locaux, que sur le plan sportif avec l'organisation durant la semaine de joutes nautiques rassemblant les équipes de toutes les villes du bassin de Thau.
Il s'agit de joutes à la méthode languedocienne, avec deux mongoliennes (nom donné aux bateaux) propulsées par 8 à 10 rameurs, se croisant par la droite. Chaque jouteur se trouve au bout de la tintaine, un promontoire à 3 mètres de l'eau situé à l'arrière du bateau, muni d'un pavois très lourd et d'une lance de 2m80.

Le jouteur de chaque équipe doit faire tomber le jouteur adverse "à la maille". Chaque mongolienne accueille un joueur de hautbois et un tambourinaire qui rythment le travail des rameurs. Le point culminant des joutes est la fête de la Saint-Louis à Sète, durant laquelle est organisée la "coupe du monde". Le vainqueur reçoit chaque année un pavois décoré par un artiste.

Le bœuf de Mèze

 

La fête de Mèze voit aussi la sortie officielle du bœuf, l'animal totémique de la ville. Source Wikipedia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Mèze). L'histoire du bœuf (buòu en occitan) de Mèze remonte en l’an 59 de notre ère. Durant cette période de la Haute Antiquité, une pauvre famille, venue des environs de Béziers, vint s’établir sur les bords de l’ Étang de Thau et se mit à défricher les terres à un endroit appelé « Las Morgas » (['las] ['murgos]).

Cette famille vivait de la pêche dans l'étang mais aussi de l'agriculture, aidée dans son travail par une paire de bœufs. Grâce à l'installation de cette famille, une urbanisation débuta, étant à l'origine du village portuaire de Mèze. Mais hélas, le premier bœuf mourut suivi du second. On décida de conserver la peau de ce dernier, étant sans doute le plus beau. Sa dépouille fut alors conservée comme une relique étalée sur un mannequin de bois. On le promena chaque année pour les grandes occasions. L'animal semblait vivant !
Plus tard quand cette peau fut trop usée, on construisit un bœuf sur une charpente de bois, beaucoup plus grand que la taille normale d'un bovidé et recouvert d’une toile de jute brune. Cette tradition existe encore de nos jours. Ainsi, dans l'animal totem, huit hommes peuvent se loger pour le mouvoir. L’un d’eux est chargé d’actionner la tête et les mâchoires de la bête au moyen d’une petite baguette de bois. Un autre jeune homme tient entre ses mains un baril recouvert d’une peau d’âne tendue, traversée en son centre par une corde asphaltée. En faisant glisser cette corde entre l’index et le pouce, cela produit alors un mugissement analogue à celui du bœuf. À l’extérieur, le guide, armé d’un long aiguillon, commande l'animal. La course de l'animal totémique dans les rues de Mèze est imprévisible. À tout moment, il peut courir et peut même foncer sur ceux qui se mettent en travers de son passage ! Le bœuf est aussi capable de ruades, de trémoussements scandés par la musique qui l'accompagne. Avec ses larges cornes, il éloigne les plus hardis qui veulent s'opposer à lui. L'animal totémique mézois est de toutes les fêtes publiques, notamment lors de la fête de Mèze qui a lieu le 19 du mois d’août. Cette fête dure trois jours, toujours avec les sorties de l'animal totem. Lors de cette fête, comme dans d'autres villages héraultais, l'animal totem est béni par le curé, ici sur la place de l'église. Ensuite, et seulement après, le totem rend visite au maire.

Le bœuf de Mèze est souvent cité au cours de l'histoire de la commune : en 1229, il reçoit l'évêque d’Agde, Thédise (qui venait de recevoir en don la seigneurie de Mèze, du fils de Montfort, Amaury). En 1562, il était du cortège du prince de Condé passant à Mèze […] En 1921, pour les fêtes organisées en faveur de l’université de Montpellier, le président de la république, Millerand dut abandonner l’estrade des représentants officiels lors du passage du bœuf. La foule crut alors qu'il avait eu peur du bœuf. Pour sauver la situation, Magallon, député de l’Hérault, vint face au monstre et salua le bœuf. Le député fut applaudi pour son courage et l'animal totémique put continuer à animer les fêtes de Mèze.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© MaisondhotesLesbalconsdeMoliere